Qui Nous sommes - L'histoire de la paroisse de Versailles
 
QUELQUES ÉLÉMENTS de L'HISTOIRE de L'ÉGLISE REFORMÉE de VERSAILLES.
 
 
Les thèmes abordés dans l'article :
1) Les débuts protestants à Versailles et dans le
département de Seine et Oise.
2) Création de la Paroisse Protestante.
3) Nomination du premier pasteur protestant à Versailles.
4) Les Pasteurs de l'Eglise Réformée de Versailles.
5) Les lieux du Culte Réformé à Versailles.
6) Les grands changements de l'Église Réformée de Versailles.
 
 
Les sources :
L'essentiel des informations résumées dans cet article provient d'un livre écrit par le pasteur H. J.
MESSINES et édité à l'imprimerie LOUBARIE & Fils à PRIVAS (Ardèche) probablement après 1923.
Parmi les autres sources citons :
- Une Conférence donnée à l'Hôtel de Ville le 16-11-1978, par le pasteur M. HAMMEL à,l'occasion du
centenaire de l'Eglise Réformée;
- Les registres des baptêmes, mariages et inhumations de la paroisse ainsi que les registres contenant les Procès- Verbaux (P.V.) du Conseil presbytéral (C.P.)
- Divers documents aux Archives communales de Versailles.
 
 
1) Les débuts protestants à Versailles et dans le département de Seine et Oise.
 
A) Les points essentiels :
 
Le 2 Août 1820, un "État des protestants résidant dans le département de Seine et Oise ", dénombrant 207 protestants de nationalité française, est envoyé au Ministre de l'Intérieur.
Le 24 Mai 1821 le Ministre de l'Intérieur autorise le pasteuranglican James BEARER à exercer ses fonctions pastorales à Versailles au profit de la communauté anglaise d'environ 171 membres. Le culte anglican s'installe dans l'ancien reposoir vers 1826: 3, rue Dauphine, à l'emplacement du temple actuel.
Le JO Décembre 1827, le Maire de Versailles adresse une demande au Préfet de Seine et Oise visant à obtenir pour les protestants français l'autorisation officielle de se rassembler les dimanches et jours de tète pour célébrer le culte.
Louis HAUSSMANN (luthérien) et Jules MALLET (réformé) obtiennent les Il et 13 Janvier 1828 l'accord des consistoires de Paris pour déléguer alternativement un pasteur chargé de célébrer le culte à Versailles.
Le 9 Février 1828 le Ministre accorde l'autorisation demandée, précisant que ce culte aurait lieu, comme demandé, dans la chapelle anglicane, 3, rue Dauphine.
Le premier culte officiel est inauguré le 2 Mars 1828, avec le concours des pasteurs MARRON et BOISSARD, présidents des 2 Consistoires pansiens.

B) Quelques compléments :
 
Sous l'Ancien Régime il y avait à Versailles et aux environs quelques protestants isolés, employés par les ambassades de pays protestants, par les régiments ou compagnies de gardes royaux, et par les manufactures de Jouy et Corbeil; tous étrangers, et qui ne pouvaient pas constituer une Église.
Il n 'yen eut pas davantage sous la Révolution ni l'Empire et le catholicisme restait seul représenté.
Cependant par suite des mouvements de population créés par la Révolution et les guerres de l'Empire, des protestants venus d'un peu partout se fixent à Versailles et dans les environs, formant ainsi le premier noyau des Églises de Seine et-Oise.
La colonie anglaise compte 171 personnes avec un pasteur, le révérend James BEARER. Leur culte fut autorisé par une lettre du Ministère de l'Intérieur au Préfet de Versailles en date du 24 Mai 1821; stipulant "qu'il n'y avait qu'à tolérer la chose" !. Leur culte s'établit ainsi dans l'ancien reposoir, n03 de la rue Dauphine (actuellement rue Hoche).
 
L'état nominatif de 1820, compte 207 protestants répartis:
Arrondissement de Mantes: 8;
Arrondissement de Versailles: 116 (Versailles: 26, Jouy-en-Josas: 56, St. Germain et Rueil: 16, Sèvres: 18.);
Arrondissement de Corbeil: 71;
Arrondissement de Rambouillet: 12.
 
Le nombre particulièrement important à Jouy et Corbeil s'explique par la création en 1759 d'une manufacture de toiles imprimées puis d'une de filature de coton par C. & P. OBERKAMPF qui firent venir des collaborateurs protestants principalement de Suisse.
Ils étaient en nombre à peu près égal réformés et luthériens et décidèrent de rester unis, de n'avoir qu'un même culte et de faire venir alternativement un pasteur de l'une et l'autre confession.
L'autorisation du 9 Février est signée par le Conseiller d'Etat G. CUVIER.
Peu après cette inauguration, Mme. MARRON, femme du président du Consistoire réformé de Paris offre une Bible traduction d'Ostervald datée de 1724; elle est exposée ici.
 
 
2) Création de la Paroisse Protestante.
 
A) Les points essentiels :
 
La nouvelle paroisse prend le nom de: Assemblée religieuse des chrétiens évangéliques de Versailles, ou encore, Assemblée religieuse protestante de Versailles.
Le 10 août 1828 le premier Conseil d'administration de 10 membres fut constitué sous la présidence du pasteur MARRON. Le Conseil demanda et obtint la double affiliation aux Consistoires luthérien (le 26-09-1828) et réformé (le 03-10-1828). fi rédigea un projet de règlement et une lettre circulaire invitant les protestants de Versailles et des environs à se joindre à la paroisse pour participer aux frais et aux bienfaits du culte !
Le 6 Mars 1828, 2 personnes anglaises proposent de prendre en charge les frais pour permettre que le culte en français puisse se tenir tous les dimanches au lieu d'un dimanche sur deux seulement.
Le premier mariage inscrit dans les registres est daté du 26 Février 1828; le premier baptême du 6 avril 1828.
Dès le Il Novembre 1829 le Conseil adresse au ministère de l'Intérieur une pétition en vue d'obtenir un poste de pasteur salarié de l'État résidant à Versailles. La pétition aboutit à la préfecture de Versailles pour information, où elle resta semble-t-il sans suite.
 
B) Quelques compléments :
 
L'Assemblée s'appelait aussi l'Oratoire (du nom de la chapelle). Elle constitua aussi son Conseil d'administration dans une réunion le 10 Août 1828. Il se compose de MM.: Louis HAUSSMANN, Jules MALLET, JORDAN, MULLER, BEAU MANN, Henri PORTEAU, HUDSON, GREEVE, DOLFUS-CONT ARD, et DARDEL.

La lettre circulaire se termine par le texte suivant :
"Avis.--- Le culte est célébré en langue française à 2h. de l'aprèsmidi à la chapelle de Versailles, rue Dauphine, les dimanches, aux fêtes de Noël, de l'Ascension, et le 21 Janvier.
---La Sainte Cène est célébrée d'après le rite réformé le jour de Pâques et le premier dimanche d'Octobre et d'après le rite de la Confession d'Augsbourg les jours de la Pentecôte et à Noël.--- Les baptêmes et mariages seront célébrés à l'issue des assemblées religieuses."
Les premiers mariage et baptême sont reproduits et transcrits dans les documents exposés ici. De 1828 à 1834 nous relevons 27 baptêmes et 15 mariages. On pourra aussi consulter les statistiques établies à partir des registres existant aux archives de la paroisse.
La pétition du 11-1) -1829 est adressée à Son Excellence Monseigneur le Ministre Secrétaire d'Etat de l'Intérieur et accompagnée de la liste donnant les noms et adresses des protestants des arrondissements de : Mantes: 8; Sèvres: 12; Corbeil: 61; Rueil & Bougival: 42; Rambouillet: 10; Bièvres: 24; Versailles: 180; Jouy: 25; Ste Germain: 43; et les environs: 27.
Les pasteurs parisiens rajoutèrent encore 61 personnes, ce qui recense un total de 493 protestants à comparer à la liste de 207 établie 9 ans plus tôt!
 
3) Nomination du premier pasteur protestant à Versailles.
 
A) Les points essentiels :
 
La pétition de 1829 est renouvelée le 1" Août 1832 et appuyée très fortement par les 2 Consistoires parisiens. Le Ministre de l'Instruction publique et des Cultes répond aux Consistoires que le budget de 1832 ne permet pas d'accorder un pasteur spécial pour l'Oratoire de Versailles. " Il se félicitera de pouvoir accueillir la demande", si le budget de 1833 lui alloue une augmentation!
Une ordonnance du Roi datée du 19 Novembre 1833 est transmise le 26 Novembre 1833 au Consistoire de Paris; elle accorde le poste pour un pasteur.
Le 7 février 1834 le Conseil d'administration retient la candidature du pasteur NELSON VORS et transmet ce résultat au Consistoire réformé de Paris le 14 Février 1834.
Le résultat est transmis aux autorités et le 19 Mars 1834 une ordonnance du Roi transmise le 1" Avril 1834 au Consistoire de Paris, approuve "l'élection de M. NELSON VORS à la place de pasteur de l'Oratoire de Versailles".
Le nouveau pasteur fut installé dans ses fonctions le 8 Juin 1834 et prêta le serment exigé par la loi le 25 Juin 1834.
 
B) Quelques compléments :
 
Une relance fut adressée le 1 Août 1832 par le Conseil d'administration au Ministre des Cultes, lettre fortement appuyée par les deux Consistoires parisiens.
Le Ministre de l'Instruction publique et des Cultes promet une réponse favorable pour 1833.
Une Ordonnance du Roi en date du 19 Novembre 1833 portant: " •.. qu'il y aura à Versaitles, pour le département de Seine-et-Oise, un Oratoire protestant, auquel un pasteur sera attaché, et que cet Oratoire sera annexé à l'Église consistoriale de Paris .•.".
Le poste créé est un poste de l'Église réformée et le Consistoire réformé de Paris précise que c'est au Conseil de Versailles de choisir librement son pasteur et de définir les avantages qui lui sont dévolus soit par la ville soit par les protestants de la ville.
 
Quatre pasteurs sont pressentis: MM. LADEVEZE, NELSON VORS, DARDIER, et JAEGLE; et le Conseil dans sa séance du 7 Février 1834 a retenu par la voie du scrutin la candidature de M. NELSON VORS, pasteur à Aula (Gard). Le résultat fut transmis aux autorités et une ordonnance du Roi du 19 Mars 1834 portant approbation de "l'élection de M. NELSON VORS à la place de pasteur de l'Oratoire de Versailles" officialise cette élection. Le nouveau pasteur fut installé 3 mois plus tard le 8 Juin 1834, lors d'une cérémonie qui eut probablement lieu au 31, Ave de St. Cloud, présidée par le
pasteur M. MONOD, et dont le compte-rendu fut publié dans l'édition du 12 Juin 1834 par le journal: Le Libre Examen.

Le pasteur NELSON VORS prêta le serment exigé par la loi de Germinal an X, le 25 Juin 1834 (le même que pour les prêtres catholiques) :
"Je jure et promets à Dieu, sur les saints Évangiles, de garder obéissance et fidélité au Gouvernement établi par la Charte de 1830. Je promets aussi de n'avoir aucune intelligence, de n'assister à aucun conseil, de n'entretenir aucune ligue, soit au dedans soit au dehors, qui soit contraire à la tranquillité publique; et si dans mon arrondissement ou partout ou ailleurs j'apprends qu'il se trame quelque chose au préjudice de l'Etat, je le ferai savoir au Gouvernement."
 
4) Les Pasteurs de l'Eglise Réformée de Versailles.

Lors de la Création de la paroisse les cultes étaient assurés par des
pasteurs des consistoires réformé et luthérien de Paris. A partir de 1834 la paroisse de Versailles a son, voire ses pasteurs. Ce sont successivement :
 
Jean Pierre NELSON-VORS ; pasteur de 1834 à 1858.
Théodore PASSA ; pasteur de 1858 à 1885.
Henri Joseph MESSINES ; pasteur de 1886 à 1913.
Marcel MONOD ; pasteur de 1913 à 1943.
Arnold ULLERN ; pasteur de 1943 à 1959.
Henry MlNSSEN ; pasteur de 1931 à 1938 & de 1946 à 1960.
Pierre JOUDRIER ; pasteur de 1959 à 1969.
Pierre LEVEJAC ; pasteur de 1961 à 1971.
François CASTEL; pasteur de 1968 à 1974.
Charles FEURICH ; pasteur de 1969 à 1971.
Claudette MARQUET; pasteur de 1971 à 1976.
Henri ALLAIGRE; pasteur de 1971 à 1973.
Maurice HAMMEL; pasteur de 1971 à 1980.
Michel WAGNER ; pasteur de 1975 à 1995.
Gilles CASTELNAU ; pasteur de 1976 à 1981.
Louis SCHLOESING ; pasteur de 1976 à 1983.
Pierre FICHET ; pasteur de 1980 à 1994.
Martine MILLET ; pasteur de 1980 à 1992.
Richard BENNHAMIAS ; pasteur de 1982 à 1984.
Jean-Pierre STERNBERGER ; pasteur de 1985 à 1992.
Flemming FLEINERT-JENSEN; pasteur de 1993 à juin 2006
Gaspard VISSER'T HOOF pasteur de juil 2006 à juin 2009
Philippe Grand d'Esnon pasteur depuis juil 2010 à juin 2015
Ruth-Annie Coyault  pasteur de juillet 2016
 

 
5) Les lieux du Culte Réformé à Versailles.
 
A) Les points essentiels :
 
Nous ne citerons ici que les lieux où furent célébrés des cultes pendant une certaine durée, bien que d'autres cuItes aient également eu lieu chez des particuliers, notamment avant ]828.
- Le reposoir ou Oratoire, 3, rue Dauphine: Cet édifice, siège d'un cuite anglican depuis 1821, fut le premier à recevoir la paroisse réformée à partir de sa création officielle, le 2 Mars 1828.
- La chapelle anglicane, 31, avenue de Saint Cloud
- Dans l'appartement de M. Edmée FREMY ; de 1829 à 1834.
- Le reposoir ou Oratoire, 3, rue Dauphine: Il est en 1834 affecté au  culte réformé jusqu'en 1879. A cette date la décision est prise de l'abattre et de le remplacer par un nouvel édifice.
- Le Château de Versailles, salle des Résidences Royales : De Novembre 1879 à Novembre 1882; pendant la construction du temple actuel. La salle est au rez-de-chaussée à gauche dans la cour de marbre.
- Le temple actuel, 3, rue Hoche: Inauguré le 19 Novembre 1882 par le pasteur VERNES, il sert depuis de lieu de culte.
- Le Centre Huit, 8, rue Porte de Buc: Qui accueille le culte en général un dimanche par mois depuis 1970.
 
Quelques compléments sur le temple :
 
Toutes les informations données ci après n'ont pas pu être vérifiées du fait de la fermeture des archives départementales. Le terrain où est édifié le temple faisait partie de l'Hôtel de MARCILLAC, puis de l'Hôtel de la ROCHEFOUCAULD, puis de l'Hôtel de CONTI. Au n03 se trouvait une cour dans laquelle on élevait un reposoir provisoire à l'occasion des processions royales. Le Roi Louis XV y fit
édifier un reposoir en 1769 par l'architecte WAILLY. Il n'est donc pas exact que ce reposoir fut construit à l'instigation de Mme de MAINTENON qui mourut en 17]9 ! On connaît de ce reposoir un plan qui est aux archives nationales, une gravure de LE PRINCE à la bibliothèque nationale, et une description parue dans le Cicérone de Versailles en 1804. Durant la Révolution le reposoir sert d'abord de lieu de réunion à une section de patriotes, puis en 1797 aux Théophilantropes qui le délaissent au profit de la chapelle du château. II servit ensuite comme réserve à foin puis comme garde meubles d'un commerçant. En 1803 il reprend son rôle de reposoir pour les processions épiscopales. Sous la Restauration la colonie anglaise, d'environ 300 personnes, s'y réunit à partir de 1826; et les protestants obtiennent l'autorisation de s'y réunir avec 1es anglicans à partir de 1828. En 1836 la Ville prend en bail le reposoir et l'État accorde une subvention de 1000 Francs pour les réparations. Le culte protestant s'y établit définitivement le 1" Janvier 1836.
Le l~ Avril 1875 la Ville achète l'édifice ainsi que 2 boutiques attenantes et on prépare la démolition du reposoir (qui a donc duré à peine 110 ans) et la construction d'un nouveau temple destiné à la paroisse réformée. La construction se fera de ]880 à ]882 après la présentation de différents plans, par l'architecte PETIT. Le plan du temple s'est quelque peu inspiré de celui du reposoir (forme généra1e arrondie), car la configuration du terrain ne laisse guère d'autres possibilités. 11 est cependant typique d'un lieu de culte réformé par sa sobriété et par le centrage sur la Table (Sainte Cène) et la Chaire (lieu de la Parole). Le coût final s'établit, hors terrain, à 91638 Fr. dont l'État prit en
charge 35000 Fr. L'édifice est la propriété de la Ville de Versailles. Les orgues furent réalisées par les facteurs d'orgues protestants, MMEugène & John ABBEY, en 1888. Inaugurées le 0411 )11 888 elles furent transformées en 1969 par le facteur CICCHERO. Elles comportent 2 claviers de 56
notes, un pédalier de 30 notes et sont composées de 10 jeux. Le c.P. du 21 Janvier 1881 décide de faire sculpter un livre ouvert sur la façade; mais reste muet quant à la définition du verset à inscrire. Le texte inscrit au dessus du portail est St. Jean, IV, 24: Dieu est Esprit, il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en Esprit et en Vérité.

6) Les grands changements de l'Église Réformée de Versailles.
 
A) Les points essentiels :
 
L'Église est officialisée le 9 Février 1828 sous le nom d'Assemblée religieuse des chrétiens évangéliques de Versailles. En ]852 la paroisse (dépendant jusque là du Consistoire réformé de Paris) devient paroisse officielle et son Conseil local devient Conseil Presbytéral en 1853.
L'Église a également en charge l'aumônerie protestante du pénitencier militaire de St. Germain, de la maison centrale de Poissy, et depuis 1848, celle de l'école de St. CYR.
En 1859 un nouveau lieu de culte apparaît à Jouy-en-Josas, vers 1860 aux Ombrages à Versailles. En 1864 s'ajoute l'aumônerie du Lycée Hoche. La paroisse fut parmi les premières à se doter d'une école du dimanche; et plus tard d'un comité des dames protestantes.
Le choix d'un emplacement puis la construction du temple fut la grande préoccupation de la période 1875 - 1882. En 1882 fut créé le Consistoire de Versailles. A la suite des lois de séparation des Églises et de l'État, l'Église de Versailles devint Association cultuelle en 1906. Le conseil presbytéral est porté à 9 membres.
Ouverture du Centre Huit en 1970.
Création de l'Église Réformée de Versailles et Yvelines Sud (l'E.R.VY.S.) en 1972.
En 2002 l'E.R.V.Y.S se partage en 3 communautés, et la nôtre reprend le nom d'Église Réformée de Versailles. (E.R.V,).

Quelques compléments :
 
L'Église de Versailles couvre en fait tout le département de Seine et Oise avec des cultes réguliers dans les sections de:
- "Bellevue, (groupant Meudon Sèvres et Ville d'Avray) jusqu'en 1905;
- Corbeil, jusqu'en 1905;
- St. Germain en Laye, (groupant Poissy, Bougival, Nanterre, Rueil, Louveciennes, Marly et Chatou) jusqu'en 1855;
- Mantes (groupant Senneville, Mézières, Gommecourt) jusqu'en 1855.
 
A partir 1855 L'Église de Versailles et de S. et O. comprend les cantons de Versailles, Marly le Roi, Sèvres et Palaiseau ainsi que les arrondissements de Corbeil, Étampes et Rambouillet.
Les cantons de St.Gennain, Argenteuil, Meulan et Poissy de même que les arrondissements de Mantes et Pontoise dépendent de la nouvelle paroisse de St. Germain en Laye.
En fait le problème d'un lieu de culte est la grande préoccupation des années 1858 à 1880, car pratiquement tous les P.v. des c.P. en font mention et les discussions se poursuivent encore alors que la démolition du reposoir est déjà en cours!
Lois de 1905 & 1906: Bien que les opinions fus sen t très pa rtagées quant au nouveau type d'association à adopter, on décida ne pas se fractionner, mais de rester unis comme en 1828; des statuts furent rédigés et adoptés à l'unanimité à l'assemblée générale constituante du 4 Mars ]906.
L'association resta membre de l'Union nationale des Églises réformées évangéliques. Déclarée le 25 Mai 1906, l'Association parut à l'officiel du 10-Juin suivant. Cette même année 1906, les Églises de Bellevue et Corbeil constituées également en Associations Cultuelles se séparent de Versailles; il ne reste désormais que l'arrondissement de Rambouillet et les cantons de Versailles et de Palaiseau.
Le Centre Huit fonctionne sous le régime d'association Loi de 1901, et son objet est d'être un lieu de témoignage, d'écoute, et d'annonce de la Parole, animé par un sens élargi d'ouverture sur le monde.
L'E.R.V.Y.S. comprenait: St. Cyr, Fontenay-le-Fleury, Montfort-I'Amaury, Rambouillet, St. Quentin-les-Bois, St. Quentin-le-Plateau, le Val de Gally, la Vallée de Chevreuse, et Versailles-Le Chesnay.
 
 
Article écrit par Jean-Paul Buttighoffer.

 


Date de création : 21/01/2011 @ 23:28
Dernière modification : 16/09/2017 @ 11:59
Catégorie : Qui Nous sommes
Page lue 5340 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


temple-versailles-petit.jpgtemple-versailles-petit.jpgtemple_nuit.jpg

 Temple de Versailles

 

Calendrier
Recherche



Visites

 570677 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

^ Haut ^