Textes et Prédications

 

Rubriques


Derniers billets

Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

Dimanche 08 janvier 2017 - par Ruth-Annie Coyault

Culte de l’épiphanie – dimanche 8 janvier 2017 à Versailles

 

Ésaïe 60, 1-6 La gloire de Dieu sur Jérusalem

1Lève-toi, brille : ta lumière arrive, la gloire du SEIGNEUR se lève sur toi.

2Certes, les ténèbres couvrent la terre et une obscurité épaisse recouvre les peuples ; mais sur toi le SEIGNEUR se lève, sur toi sa gloire apparaît.

3Des nations marcheront à ta lumière et des rois à la clarté de ton aurore.

4Lève les yeux et regarde tout autour : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils arrivent de loin, tes filles sont portées sur la hanche.

5Lorsque tu le verras, tu seras radieuse, ton cœur bondira, il sera au large, quand l'abondance de la mer se tournera vers toi, quand les ressources des nations viendront vers toi.

6Tu seras couverte d'une foule de chameaux, de dromadaires de Madiân et d'Epha ; ils viendront tous de Saba ; ils porteront de l'or et de l'encens et annonceront, comme une bonne nouvelle, les louanges du SEIGNEUR.

 

Matthieu 2, 1-12

1Après la naissance de Jésus, à Bethléem de Judée, aux jours du roi Hérode, des mages d'Orient arrivèrent à Jérusalem 2et dirent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus nous prosterner devant lui. 3A cette nouvelle, le roi Hérode fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. 4Il rassembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple pour leur demander où devait naître le Christ. 5Ils lui dirent : A Bethléem de Judée, car voici ce qui a été écrit par l'entremise du prophète :

6Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certainement pas la moins importante dans l'assemblée des gouverneurs de Juda ; car de toi sortira un dirigeant qui fera paître Israël, mon peuple.

7Alors Hérode fit appeler en secret les mages et se fit préciser par eux l'époque de l'apparition de l'étoile. 8Puis il les envoya à Bethléem en disant : Allez prendre des informations précises sur l'enfant ; quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi je vienne me prosterner devant lui.

9Après avoir entendu le roi, ils partirent. Or l'étoile qu'ils avaient vue en Orient les précédait ; arrivée au-dessus du lieu où était l'enfant, elle s'arrêta. 10A la vue de l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. 11Ils entrèrent dans la maison, virent l'enfant avec Marie, sa mère, et tombèrent à ses pieds pour se prosterner devant lui ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe. 12Puis, divinement avertis en rêve de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

 

PRÉDICATION

Le texte d’Ésaïe proposé à notre méditation pour cette fête de Épiphanie peut être lu comme une prophétie qui s’accomplit dans l’évangile de Matthieu avec l’adoration des mages, nous pouvons l’entendre dans la foi chrétienne comme une épiphanie/manifestation de Dieu. Car Dieu promet qu’il va se révéler, qu’il va manifester sa gloire, et c’est pour le salut qu’il le fait, pour relever, pour guérir, pour rétablir son peuple, et il donne des signes concrets/précis de sa manifestation, et il promet que son peuple le verra de ses yeux. En méditant ce texte, nous sommes invités à recevoir un message d’espérance qui nous dit que Dieu est là, il donne sa présence aux hommes, il se révèle à nous aujourd’hui comme il s’est révélé autrefois, mais nous ne savons pas toujours reconnaître sa présence. Pourtant, le Seigneur se tient là près de nous, fidèle, persévérant dans sa déclaration solennelle : « Lève-toi, brille : ta lumière arrive » dit Dieu, ce n’est pas une possibilité, c’est une certitude, mais nous avons besoin d’être aidés pour que nos yeux s’ouvrent et que nous voyions le Seigneur tel qu’il se révèle et non pas tel que nous nous l’imaginons : il s’est révélé à des gens venus de Perse ou d’Arabie (les mages) qui ont reconnu sa lumière et l’ont suivi. À nous maintenant de discerner cette lumière et de la suivre à travers les saintes Écritures… Cette lumière promise qui arrive pour Israël et pour toutes les nations, elle porte un nom pour nous les chrétiens : c’est Jésus-Christ que les mages sont allés adorer à Bethléem. En Jésus, Dieu se manifeste, et l’évangile raconte comment il a été difficile pour les gens de discerner cette présence de Dieu donnée en Christ : les habitants de Judée n’ont rien vu, il a fallu l’arrivée des mages pour leur ouvrir les yeux.

La présence de Dieu dans la prophétie d’Ésaïe est évoquée avec un mot important : Our, c’est la lumière, l’éclat du jour. Ce mot est utilisé dans les formules de bénédictions : « Que le Seigneur fasse luire/briller sur toi son visage et qu’il te donne la paix »… Les psaumes évoquent très souvent la lumière de Dieu comme présence qui sauve et porte secours : « O Dieu, relève-nous ! Fais briller ta face, et nous serons sauvés ! » (Psaume 80, 3). Donc quand la prophétie dit : « Ta lumière arrive », ce n’est pas de l’euphorie littéraire de la part du narrateur biblique, ce ne sont pas des mots en l’air, ça signifie que la promesse de Dieu est déjà en marche et que sa présence va se dévoiler/se faire sentir dans les méandres de l’existence humaines... Dieu lui-même s’engage d’une façon solennelle en disant à son peuple : « Ta lumière arrive », et nous pouvons faire nôtre cette promesse, car elle nous dit qu’aujourd’hui Dieu nous promet sa présence lorsque notre vie ressemble à une terre désolée, plongée dans l’obscurité où nous sommes seuls avec notre souffrance…

Dieu fait une promesse à son peuple pour l’encourager, il lui promet la joie après le malheur, la lumière après les ténèbres, et dans le texte, l’évocation des ténèbres et de l’obscurité épaisse qui couvrent le pays renvoie à un malheur profond qui plonge le peuple dans la nuit. Pour Israël, ce grand malheur c’est la destruction du temple et l’exil à Babylone. Il y en a eu d’autres et pas des moindres, mais retenons l’idée que l’obscurité épaisse qui s’est abattue sur le pays, c’est une catastrophe comparable à celle que subiront les Juifs d’Europe au moment de la Shoah.

Face à la catastrophe, Dieu promet que le peuple retrouvera la joie et la prospérité perdues, la désolation fera place à la fête, parce que le Seigneur se lèvera pour son peuple et le sortira des ténèbres. Mieux, le Seigneur dit qu'il se lève SUR son peuple pour être sa lumière, et cette image est très forte symboliquement. Ça ne signifie pas que Dieu est debout sur Israël pour le dominer, pour s'affirmer comme le Maître tout-puissant, mais pour l’éclairer/l’illuminer de sa gloire…

« Sur toi le Seigneur se lève, sur toi sa gloire apparaît. » C’est une déclaration inouïe de la part de Dieu, cette phrase concentre à elle toute seule tout l’amour et toute la puissance que le Seigneur veut déployer pour montrer à son peuple qu’il tient à lui. Dans cette petite phrase qui paraît anodine, il y a la promesse de la manifestation de Dieu dont la gloire sera visible à travers son peuple. Cette petite phrase explique ce qui fait qu’Israël brille parmi les nations comme s'il était un peuple à part. Bien sûr, cette particularité disparaît pour faire place aux nations rassemblées qui louent le Seigneur parce que le projet de Dieu concerne tous les peuples, mais la prophétie révèle qu’Israël brille parce que Dieu ne s'est pas seulement levé pour le secourir, Dieu s'est levé SUR lui.

Là, nous sommes dans la symbolique du sacré, on est renvoyé à l’histoire de l’Exode, au moment où Moïse dresse le tabernacle/la tente sacrée dans laquelle il dépose l’arche de l’alliance : il est écrit que la nuée/le feu de la gloire de Dieu était SUR la tente sacrée pour illuminer Israël, pour manifester sa présence au milieu de son peuple et conduire ses marches, et il en a été ainsi pendant toutes les marches (Exode 40, 34-38). Donc quand Dieu dit : « Sur toi le Seigneur se lève, sur toi sa gloire apparaît. », ça veut dire que c’est le peuple d’Israël qui devient le tabernacle vivant, il devient la tente sacrée, la demeure de Dieu, le lieu où le Tout-Puissant manifeste sa gloire et sa présence… Je crois que le récit de la nativité rend témoignage dans ce sens, puisque Jésus naît en Judée, dans le pays d’Israël qui devient le lieu où Dieu établit sa demeure parmi les hommes. Et de même que dans la prophétie d’Ésaïe les peuples étrangers viennent de loin pour adorer Dieu, de la même façon dans l’évangile de Matthieu des étrangers (les mages) viennent de loin pour adorer le Roi des Juifs : en Jésus qui naît à Bethléem, la gloire de Dieu est manifestée SUR Israël, et ce n’est pas seulement pour lui, c’est pour éclairer tous les peuples… À l’échelle d’une personne, on pourrait dire que Marie enceinte par la vertu du Saint-Esprit devient aussi d’une certaine manière demeure de Dieu, car l’ange lui dit : « Le Saint-Esprit viendra SUR toi »[1], on retrouve la même manifestation de Dieu sur la tente sacrée, sur le peuple d’Israël et sur Marie, l’humble servante…

On peut entendre ici que Dieu dans son amour accepte de descendre sur nous et de demeurer en nous, malgré nos péchés/nos bassesses, comme autrefois il s’est levé sur Israël qui n’avait rien d’un peuple parfait. Le Seigneur fait apparaître sa gloire sur les humains alors qu’ils ne le méritent pas, et il le fait par amour, parce qu’il a un plan de salut pour le monde entier, et pour accomplir ses desseins, pour chasser les ténèbres, il descend sur les hommes, il fait des hommes pécheurs son habitation sacrée… Paul dira aux Corinthiens : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Corinthiens 3, 16). En Jésus-Christ Dieu se lève sur nous, c’est-à-dire il vient habiter en nous, pour être lui-même la lumière qui brille dans notre nuit… Telle est la bonne nouvelle que nous pouvons partager en ce temps de l’Épiphanie : la présence de Dieu est là, sa gloire et sa lumière brillent sur le peuple des croyants, non pas pour nous particulariser, mais pour que son amour irradie dans le monde et rassemble tous les hommes.

La mention de la reine de Saba est également très significative : du temps de Salomon, elle vint du sud apportant de grandes richesses (or, parfums, épices, etc.), exactement comme les foules de la prophétie d’Ésaïe qui viennent à Jérusalem avec quantité de richesses (or, encens, etc.). Mais surtout, la reine de Saba était venue à l’époque pour entendre la sagesse légendaire du roi Salomon qu’on lui avait rapportée. Elle l’avait écoutée, émerveillée, et avait rendu gloire à Dieu (1 Rois 10). Ainsi, lorsque Dieu dit : « Lève-toi, brille », on peut entendre que la lumière dont le croyant doit briller, c’est celle de la connaissance de Dieu, c’est la sagesse que le Seigneur dépose en nous pour que nous puissions la partager avec d’autres. Et la sagesse que Dieu donne est contenue dans sa Parole qu’il est bon de méditer chaque jour.

Lève-toi, sois lumière, dit Dieu. Parce que tu as été éclairé/e tu peux à ton tour éclairer ceux qui tâtonnent dans l’obscurité, loin du Seigneur.

Lève-toi, c’est-à-dire prends courage au lieu de rester craintif et timide, « ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse » écrit Paul écrira Timothée (2 Timothée 1, 7). Alors lève-toi, ne reste pas abattu/découragé, ne reste pas anéanti/e par les coups que tu as pris, relève la tête, au lieu de t’effondrer, tiens-toi debout, dit Dieu. Car il y a une très bonne raison et une très bonne nouvelle : la lumière de Dieu s’est levée sur toi. Il est vrai que tu viens de loin, tu as traversé des épreuves toutes plus dures les unes que les autres, tu as peut-être même cru que tu ne t’en sortirais pas… Pourtant, tu es là, en présence du Seigneur, et il te dit aujourd’hui : lève-toi, reprends courage, fortifie-toi dans ton cœur, car Dieu te donne sa lumière et même il te la donne pour qu’elle profite à d’autres qui souffrent autant que toi, et peut-être que tu ne le sais pas...

Lève-toi, dit Dieu, et deviens lumière, parce que la lumière de Christ brille sur toi. Ne reste pas assis timidement avec cette lumière, lève-toi, pour qu’à travers toi le Christ brille de tout son éclat et que les gens viennent de loin pour l’adorer, le louer, pour se réchauffer à sa lumière.

En effet, Dieu veut que sa lumière brille pour faire reculer l’obscurité de la souffrance des peuples. Cette obscurité qui envahit la terre et qui recouvre les peuples comme dit la prophétie d’Ésaïe, c’est la souffrance de la guerre, des génocides et du terrorisme, c’est la souffrance de la maladie et des fléaux qui frappent le monde, c’est la souffrance des conflits qui minent les familles/les sociétés/les communautés, c’est la souffrance du mal qui nous atteint de diverses manières. Tout ça ce sont des ténèbres épaisses sur nos vies, et dans son amour Dieu envoie son Fils Jésus, Lumière pour éclairer les nations, Soleil de justice dont l’éclat nous montre le chemin de la vie et nous redonne espoir.

Le Seigneur te dit aujourd’hui que si tu te lèves, si tu fais briller la lumière de son évangile en vivant son message d’amour dans ta vie de tous les jours, tu verras de tes yeux l’effet que ça produira sur les gens autour de toi. Tu verras les gens nombreux qui seront attirés par ta lumière, les petits et les grands, ceux que tu ne t’attendais pas à voir venir au temple, les puissants, les VIP qui cherchent la lumière de Christ…

Le Seigneur veut redonner une espérance et un avenir à tous ses peuples, mais il veut le faire avec nous, Dieu ne veut pas briller tout seul dans le firmament, il veut répandre sa lumière dans le monde en utilisant chacun de nous. Chaque croyant est invité à apporter un peu de la lumière et de la joie du Christ à son prochain, en donnant un peu d’amour et d’amitié aux autres, en résistant à la haine et à la barbarie, en respectant la vie, c’est ainsi que les ténèbres reculeront et que l’obscurité de tout ce qui meurtrit la terre sera dissipée.

Certes, les épreuves du quotidien seront toujours là, et on a mille et une raisons de douter de soi et de se dire : ‘Je suis confronté à mes propres ténèbres/souffrances et je n’arrive pas à en sortir, j’ai moi-même besoin de recevoir la lumière du Seigneur sur ma vie, et j’aurais la prétention de briller pour les autres, de refléter la gloire de Dieu, d’être un tabernacle vivant qui attire les gens vers la lumière de Christ ?’

C’est vrai que l’obscurité persiste encore, mais Dieu est justement venu habiter parmi nous pour nous ne la traversions plus en étant seuls. Le Seigneur est venu nous éclairer et nous encourager par sa Parole, et c’est en son nom que nous trouvons la force de nous lever. C’est parce que Lui se lève SUR nous que nous pouvons briller de la lumière qu’il met en nous pour que nous la partagions avec nos frères, avec nos familles, avec le monde.

 

Conclusion :

Mon frère, ma sœur, la bonne nouvelle dans ce temps de l’Épiphanie, c’est que Christ la lumière des nations est en toi, et il ne te demande pas d’être parfait (nous ne le serons jamais), il met simplement sa lumière en toi pour que tu la transmettes à d’autres qui sont confrontés aux ténèbres et que tu puisses les encourager en leur disant : Ta lumière arrive, ton Dieu va se manifester, et tu verras les fruits bénis de sa présence, et tu seras dans la joie, et personne ne pourra t’enlever ta joie.’

Voilà ce que le Seigneur demande. Entre pleinement dans ta mission, deviens lumière, non pas pour te faire voir, non pas pour montrer que tu es le vrai chrétien, mais parce que le Dieu qui a dit : « Lève-toi et brille » a envoyé son Fils qui nous dit aujourd’hui : « Vous êtes la lumière du monde… Que votre lumière brille ainsi devant les hommes... » (Matthieu 5, 14-16). Parole du Seigneur. Amen.

 

 

 


[1] Luc 1, 35.

 

Publié le 13/01/2017 @ 18:51  Prévisualiser  Imprimer l'article

Dimanche 25 décembre 2016 - par Ruth-Annie Coyault

Culte de Noël du dimanche 25 décembre 2016 à Versailles

Ésaïe 52, 7-10 : le salut de Dieu ; Jean 1, 1-18 La Parole faite chair

 

Ésaïe 52, 7-10 Le salut de Dieu

Qu'ils sont beaux, sur les montagnes, les pas de celui qui porte la bonne nouvelle, qui proclame la paix, de celui qui porte l'heureuse nouvelle, qui proclame le salut, qui dit à Sion : Ton Dieu est roi !

C'est la voix de tes guetteurs : ils élèvent la voix, tous ensemble ils poussent des cris de joie ; car c'est face à face qu'ils voient le SEIGNEUR revenir à Sion.

Eclatez en cris de joie, toutes ensemble, ruines de Jérusalem ! Car le SEIGNEUR console son peuple, il assure la rédemption de Jérusalem.

Le SEIGNEUR a mis à nu son bras saint sous les yeux de toutes les nations ; et toutes les extrémités de la terre verront le salut de notre Dieu.

 

Jean 1, 1-18 La Parole faite chair

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu.

Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié : C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître.

 

PRÉDICATION

Avec l’évangile de Jean, Noël change d’ambiance, on n’est plus dans le récit que les enfants adorent, il y a une façon différente de célébrer le Messie, c’est-à-dire Celui qui a reçu l’onction de Dieu. Ici, on ne trouve pas de crèche avec un petit bébé entouré de ses parents, il n’y a pas de bergers ou de mages qui s’émerveillent devant le divin enfant, parce que l’évangéliste Jean veut donner un témoignage du Seigneur Jésus qui permette de comprendre tout de suite qu’il n’est pas seulement le Fils de Dieu, il est Dieu. Donc on ne raconte pas sa naissance et ses galères à Bethléem, comme s’il était simplement le fils d’un habitant du pays. Dans la théologie de Jean comme dans l’évangile de Marc, l’enfance de Jésus est totalement absente, c’est le Jésus adulte qui est présenté tout de suite, parce que Jean veut rendre témoignage au Seigneur et non pas à un enfant, il veut témoigner que Jésus est Dieu venu parmi les hommes, et sa venue n’est pas une simple naissance inscrite sur la ligne du temps, c’est le Dieu éternel qui vient en Jésus-Christ, c’est la Parole, la Lumière et la Vie qui viennent et qui sont données au monde pour qu’il vive et soit éclairé…

Les évangiles de Matthieu et de Luc ont voulu montrer eux aussi, avec l’histoire de la naissance et de l’enfance de Jésus, que Dieu est venu parmi les hommes, que Dieu a revêtu notre humanité pour devenir vraiment proche de nous et nous faire comprendre son amour, il est descendu et a pris corps à travers Jésus pour venir sauver les humains, et c’est cette venue du Seigneur que Jean raconte à sa manière, avec un discours très spirituel qui nous semble un peu mystérieux : la Parole est au commencement, elle a tout créé, et puis elle devient un homme… Comment une parole peut-elle devenir chair et os ? On est confronté au mystère de l’incarnation du Christ, mais l’évangile ne cherche pas à l’expliquer, il donne simplement un témoignage pour nous amener à croire que cet homme-là, Jésus, est venu de Dieu, il est lui-même la parole créatrice de Dieu qui donne la vie et la lumière aux hommes…

Jésus n’est donc pas un simple humain qui va naître, grandir et mourir, il porte en lui la divinité de Dieu, et Jean va l’exprimer en désignant Jésus comme Celui qui vient, et sa venue fait événement, elle apporte un changement dans la vie des gens, elle met les hommes et les femmes en chemin vers Dieu, elle suscite un éveil des consciences, et même ceux qui ne croient pas sont étonnés de ce que Jésus dit et fait…

Jésus est Celui qui vient, et il est très significatif de noter que tout au long de l’évangile de Jean, sa mission est décrite avec le verbe venir :

-       la Samaritaine près du puits de Jacob lui dit : « Je sais que le Messie doit venir » (Jean 4, 25) ;

-       Marthe la sœur de Lazare lui dit : « Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu qui devait venir dans le monde. » (Jean 11, 27). Le chapitre 11 de Jean est sans doute celui où le verbe venir est le plus employé : il est employé à 7 reprises pour Jésus, et la septième fois, ce sont les gens venus à la fête de Pâques qui cherchent à se purifier et qui demandent : « Ne viendra-t-il pas ? » (Jean 11, 56). Ici, on voit comment le verbe venir cristallise toutes l’espérance des croyants qui attendent la venue du Sauveur.

-       À l’entrée à Jérusalem Jésus est acclamé en ces termes : « Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d’Israël ! » (Jean 12, 13).

-       Et au moment de son procès, devant Pilate, le Seigneur dira : « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. » (Jean 18, 37).

-       Enfin, après la crucifixion, c’est le Christ ressuscité qui vient au milieu de ses disciples et souffle sur eux en disant : « La paix soit avec vous ! » (Jean 20, 19).

 

Du début à la fin de l’évangile, de sa naissance à sa résurrection, Jésus est Celui qui vient, l’évangéliste Jean le répète inlassablement et c’est très significatif que dans notre texte de ce matin, Jean-Baptiste dise : « Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. » Le Seigneur que nous célébrons en ce jour de Noël vient, mais il était déjà là bien avant. Il était, il est et il vient, il est éternel, il est Dieu… Ça veut dire que sa présence n’est pas figée dans le temps, elle est donnée sans cesse, comme une promesse de Dieu qui est toujours à venir, toujours devant nous et c’est le sujet de notre espérance, cette même espérance que le peuple d’Israël a portée depuis des temps immémoriaux, attendant la venue du Messie qui viendra pour le sauver, le délivrer, le guérir, lui rendre la joie et la vie…

L’évangile de Jean s’ouvre également sur une affirmation de taille : le monde est dans les ténèbres, le monde EST ténèbres : « La lumière brille dans les ténèbres, dit Jean, mais les ténèbres ne l’ont pas reçu. » La Lumière du Christ brille dans le monde, mais le monde ne l’accepte pas. C’est justement pour cela que Jésus demeure Celui qui vient sans cesse vers les hommes : le monde s’est laissé envahir par l’obscurité du mal, du péché, de l’incrédulité, de la violence, même chez ceux qui croient en Dieu… C’est vrai qu’il y a plus de 2 milliards de chrétiens dans le monde, si chacun pouvait briller de la lumière de Christ, le monde ne serait plus dans les ténèbres, mais l’évangile dit que la Lumière est venue chez les siens, les gens de sa maison, ceux qui lui appartiennent (idios), ceux qui sont censés connaître Dieu et vivre de sa Parole, et eux aussi ne reçoivent pas la Lumière, eux aussi sont dans l’obscurité… Nous sommes tous dans l’obscurité, chacun à notre manière, parce qu’il nous arrive de faire ce qui est mal, de douter et de nous révolter contre Dieu… Il faut donc que le Seigneur vienne pour chasser l’obscurité de l’ignorance et du mal, du péché et de la mort, il faut qu’il vienne poser sa lumière sur les ténèbres de l’incrédulité/manque de foi, y compris chez ceux qui sont censés avoir la foi…

Noël, c’est Jésus qui apporte la lumière de la grâce et de la vérité sur les peuples assis dans l’obscurité, sur ceux qui sont devenus eux-mêmes obscurité, à cause du mal qui les a atteints, à cause d’une épreuve dont ils n’ont pas pu se relever, à cause du doute qui les envahit lorsqu’ils voient ce qui se passe dans le monde (il y a tant de choses révoltantes, tant de maladies, de catastrophes, tant d’horreurs et de morts absurdes)…

Noël, c’est la grâce qui vient illuminer le cœur repentant à qui Jésus redit : ‘Tu es aimé/e de Dieu.’  Noël, c’est la lumière de la vérité libératrice qui se pose sur les consciences chargées, sur tous ceux qui se sentent coupables, pour leur dire qu’un nouveau départ est possible avec Jésus. Le Seigneur vient aujourd’hui, comme il est venu autrefois pour les chrétiens des premiers siècles et comme il viendra encore pour les gens de toutes les générations, afin de donner à chacun ce nouveau départ, dans la lumière et dans la grâce de Dieu, afin de donner à tous ceux qui croient en Lui le pouvoir de devenir enfant de Dieu

 

Quelle grâce merveilleuse est manifestée dans la venue du Seigneur !

Il apporte la lumière de Dieu, et il suffit de croire en Lui, il suffit de recevoir cette lumière pour que soit déposée en nos cœurs l’autorité qui chasse les ténèbres afin que nous portions en nous le signe que nous appartenons à la lumière et que nous ne sommes plus sous l’influence du mal qui agit dans le monde… En effet, quand on est dans les ténèbres de l’ignorance ou du mal, il y en a un autre qui a du pouvoir sur nous, et la Bible l’appelle le prince ce monde, le diable, satan… Mais lorsqu’on accepte Jésus et qu’on vient se mettre sous sa lumière, on n’est plus au pouvoir de satan, l’adversaire qui nous maintenait sous sa coupe ne peut plus exercer son emprise sur nous, parce que la lumière du Christ est là, elle brille de toute la puissance de l’amour de Dieu et fait reculer les forces des ténèbres…

L’évangile nous invite à croire en Jésus et à recevoir la lumière de son enseignement, non pas comme une leçon/instruction forcée qui ne sert à rien, mais comme une puissance de libération pour notre vie. Le Christ est venu pour me donner le pouvoir de devenir enfant de Dieu, le pouvoir de dire non aux ténèbres, il est venu pour que j’aie désormais en moi la force de résister au mal. Dieu lui-même vient planter sa tente près de moi, Il me rejoint dans ma vie de pécheur, Il est à mes côtés pour me donner sa lumière, pour me remplir de sa force. C’est un pouvoir immense que le Seigneur me donne ainsi, c’est une véritable libération, ça signifie que désormais j’ai le pouvoir de choisir le bien, de marcher dans la lumière, d’agir avec bonté et de combattre le mal. Ça signifie que nous sommes libérés du pouvoir de la nuit, nous pouvons maintenant marcher librement dans la lumière, en plein jour, le cœur léger, l’âme en paix. Tout ce qui nous faisait ressentir la culpabilité, tout ce qui nous enfermait dans la nuit, tout ce qu’on a gardé caché (les secrets honteux qu’on ne peut pas dire), toutes nos ténèbres morales sont vaincues par le Seigneur Jésus et par la lumière de la grâce de Dieu.

La Parole a été faite chair, Dieu est devenu un homme : pourquoi ?

Pourquoi le Seigneur qui siège dans la gloire et qui est élevé au-dessus des cieux ne reste-t-il pas le Dieu redoutable et tout-puissant qui fait trembler les nations ? Pourquoi prend-il corps et se rabaisse-t-il au rang des humains au lieu de rester l’Esprit créateur, le Dieu mystérieux et insaisissable qui reçoit notre adoration ? Dieu est devenu un homme, et regardez ce que les hommes en ont fait : ils ont rejeté son message d’amour, ils l’ont accusé faussement, et ils l’ont condamné à mort… Alors à quoi cela a servi que la Parole devienne chair ?

Je crois que le Seigneur est devenu un homme pour pouvoir parler aux humains, de sorte que son message ne résonne pas comme une parole qui fait peur et qu’on ne peut pas entendre. Rappelez-vous lorsque Dieu donne les 10 commandements au peuple d’Israël, il y a une théophanie spectaculaire sur la montagne du Sinaï, Dieu se manifeste avec des phénomènes impressionnants : il descend au milieu du feu, toute la montagne est embrasée/fumante, il y a des tonnerres retentissants,  la terre tremble, et le peuple d’Israël a tellement peur qu’il dit à Moïse : « Parle-nous toi-même, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourions. » (Exode 20, 19). Les Israélites préféraient écouter la voix d’un homme plutôt que celle de Dieu, parce que c’était plus rassurant pour eux.

Je crois que Dieu est devenu un homme pour rendre sa parole audible et rassurante. En Jésus-Christ, le Créateur nous rejoint dans notre humanité et il devient une parole vivante qui ne retentit plus de manière effrayante pour nous juger et nous condamner, mais il est désormais une Parole vivante qui apaise et qui console, une Parole qui nous accompagne dans nos situations personnelles et nous redonne force et courage là où nous en avons besoin…

Quand l’évangile dit que la Parole a été faite chair, nous pouvons aussi comprendre qu’en devenant un homme, Dieu risque une parole fragile qui n’est plus prononcée du haut des cieux mais depuis notre réalité humaine, avec tout ce que cela implique : la Parole de Dieu peut être méprisée et rejetée… Le Seigneur Jésus va en faire l’expérience, pourchassé par ses propres compatriotes, et l’apôtre Paul aussi, les Corinthiens trouvaient que la parole de Dieu dans sa bouche étaient faible et méprisable (2 Corinthiens 10, 10), et pourtant c’est la parole de grâce que nous sommes invités à recevoir, car en elle se trouve la force insoupçonnée qui fait de nous des fils et des filles de la lumière… 

« La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas accueillie. » Cette parole d’évangile résonne de vérité dans le monde d’aujourd’hui où la violence, les injustices sociales, les guerres et les catastrophes n’en finissent pas d’endeuiller les familles, ce sont les ténèbres sur le monde, et aucune autre lumière ne peut nous en sortir, si ce n’est celle du Christ… Aucun autre « sauveur » ne peut venir nous donner la vie, si ce n’est Jésus-Christ.

La ténèbre (au singulier dans le texte grec), l’obscurité personnifiée qui n’accueille pas la lumière, c’est bien souvent l’homme avec son côté obscur qui rejette la Parole de Dieu parce qu’elle dérange… Cependant, malgré toute l’opposition des hommes, malgré la dureté des cœurs et le manque de foi, le Christ a répandu la lumière de son enseignement sur la terre, et cette lumière brille aujourd’hui des milles feux de la grâce, car Dieu veut éclairer et recréer chaque personne à son image, à l’image de son amour et de sa paix…

 

Conclusion :

Noël, c’est Dieu qui vient, voici la bonne nouvelle qui est proclamée pour chacun de nous. Dieu vient en Jésus-Christ, pour être notre lumière, pour redire à toute personne qu’elle n’est pas abandonnée, même si sa famille et ses proches l’ont laissée tomber. Le Seigneur est venu, il vient et il viendra toujours pour toi mon frère/ma sœur. Fidèle à sa promesse, il viendra planter sa tente dans la terre de tes soucis quotidiens, il établira son campement dans tes galères, il viendra demeurer près de toi dans ta souffrance, ton deuil, ta maladie, Il te donnera sa présence et brillera doucement dans ta nuit, jusqu’à ce que tu en sortes…

En ce jour de Noël, recevons la bonne nouvelle qui relève et redonne courage à ceux qui sont attristés/affligés, désespérés, anéantis par les coups durs de la vie et inquiets pour le lendemain : le Seigneur est venu, Il est là, près de nous, il met sa lumière dans nos vies, Il nous parle dans l’obscurité des jours difficiles, quand la ténèbre est épaisse et que nous ne voyons pas le chemin vers la délivrance et l’apaisement.

En ce jour de Noël, chers frères et sœurs, nous pouvons nous réjouir et faire la fête en famille et entre amis avec une parole d’espérance à partager, espérance que résume si bien la lettre aux Hébreux : « Autrefois Dieu a parlé à nos ancêtres à maintes reprises et de plusieurs manières par les prophètes, mais maintenant, à la fin des temps, il nous a parlé par son Fils. » (Hébreux 1, 1-2).

Dieu parle aujourd’hui, et il a quelque chose à te dire personnellement. Dieu parle à travers son Fils Jésus qui vient dans ta vie : ouvre-lui la porte de ton cœur, reçois sa lumière, reçois la vie. Amen. 

 

Publié le 13/01/2017 @ 18:47  Prévisualiser  Imprimer l'article
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
Archives
12-2016 Janvier 2017 02-2017
L M M J V S D
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          


^ Haut ^